2008 - Travelogue Pérou


Utiliser le menu de gauche pour la description des étapes du voyage.
La carte ci-dessous vous amènera dans la galerie de photos.

En supplément gratuit, quelques photos de l'exposition temporaire au Musée du Quai Branly sur la civilisation Paracas.

carte du pérou Chiclayo Trujillo Lima Ballestas Nazca Arequipa Puno Cuzco
Effectué du 10 au 25 mai en voyage organisé par Arts et Vie, avec pour compagnons:

Aline et André, accompagnateur

Gilles et Liliane,

Pierre et Eliane,

Maurice et Bernadette,

Philippe et Dany,

Pierre et Colette,

Carlo et Annick,

Monique,


Un voyage attendu depuis fort longtemps, cette civilisation si éloignée de la nôtre, j'étais intrigué par ce peuple vaincu, détruit par une poignée d'espagnols incultes et cupides et qui semblait si résigné à supporter le poids de leur histoire.

Au chapitre des bonnes surprises:

le circuit varié ménage une progression très satisfaisante tant sur le plan historique, des civilisations précolombiennes à l'apogée inca, que touristique en terminant par le Machu-Picchu, ou géographique pour s'habituer progressivement aux divers espaces dont les hautes altitudes.

la gentillesse des péruviens, toujours de bonne volonté, même s'ils sont parfois un peu débordés, prêts à aider, les guides trés sympathiques et des chauffeurs compétents et prudents. Assurément, ils sont doués pour les métiers du tourisme, même si le pays ne sera pas une destination populaire, pas d'infrastructure sur une mer chaude comme les Caraïbes, ni de pistes de ski dans une station à la mode!

Aucun sentiment d'insécurité, bien que nous ne soyons pas aller nous balader dans les quartiers les plus pauvres, nous n'avons pas vu le moindre geste d'agressivité. Pendant la fête de Corpus Christi, j'ai pu rester seul avec mon appareil photo et ma banane dans une foule compacte sans ressentir la moindre gêne, au contraire.

Nous avons bénéficié d'un beau temps généralisé sur tout le pays (mise à part l'inévitable garua de la côte) et le mois de Mai s'est révélé un bon choix. Les guides nous ont confirmé que dès le mois de Juin les paysages prenaient une teinte brûlée plus uniforme mais que Septembre aussi est agréable. Les paysages sont magnifiques et très variés: dans la vallée sacrée, ils s'étendent de la forêt tropicale aux cimes glacées de la cordillière. Pour les photographes, attention aux contrastes énormes de luminosité, l'air est pur, la vue porte loin, le soleil tape fort et les ombres sont très noires. En ce début de saison, peu de touristes, sauf au Macchu Picchu et à Ollantaytambo, ce qui rend la visite encore plus agréable.

Pour le moins bien:

L'organisateur local a fait le contraire de ce qu'il eut été souhaitable: nous avons bénéficié de bus très confortables, toilettes, vitres panoramiques, et tout le confort pour les courts parcours en ville alors que pour les longs trajets, le bus était sans toilettes, vitres étroites et de mauvaises suspensions. J'en ai eu les tripes toutes retournées.

L'hôtellerie est en général ancienne et pas aux normes européennes, mal insonorisée, pas chauffée même en altitude, propreté demandant à être améliorée, mobilier souvent rustique. Pas rédhibitoire, cependant.

Les désagréments habituels du voyage organisé : pertes de temps innombrables, rythme des visites trop rapide, visites souvent écourtées, pas de temps pour souffler ou flâner, aucun contact avec la population, l'impression de traverser le pays dans un tunnel. Par exemple, une journée aurait pu être consacrée à la visite d'Arequipa, ce qui aurait permis d'effectuer la transition Arequipa-Puno plus calmement et de jeter un coup d'oeil sur cette ville en arrivant.

Je recommanderais donc de faire ce même circuit en trois semaines avec une organisation plus souple, quitte à accepter un confort plus rustique des hôtels, pas de déjeuner, etc... Un voyage recommandable aux personnes en bonne condition physique, les étapes sont longues. Concernant le soroche, le fameux mal des montagnes, il est difficile d'en tirer des conclusions claires, chacun réagit à sa façon : la moitié des participants n'a perçu aucun effet, quelques uns ont été malades comme des chiens, les bienfaits du mate, des feuilles de coca ou du Diamox ne semblent pas universels!! Personnellement, un comprimé d'aspirine au matin pendant 3 jours a été suffisant pour éteindre le mal de tête de la nuit.

Nous avons pu goûter quelques échantillons de la cuisine péruvienne : pisco-sour en apéritif, mais je ne suis pas adepte des cocktails, alors un muscat de raisin à petits grains me suffit! l'unanimité s'est faite sur la qualité des soupes très variées dont la crème d'asperges locales, le ceviche, poisson mariné est très rafraîchissant, mais ça dépend du type de poisson utilisé, beaucoup de poulet avec la purée de pommes de terre; la papa déshydratée est un peu coriace à mon goût! et puis beaucoup de légumes locaux, maïs à gros grains, manioc,.. ainsi que les fruits dont je n'ai pas retenu les noms.

En résumé, le Pérou nous est apparu comme un pays pauvre, dont l'agriculture semble être majoritairement de subsistance, lopins de terre familiaux (3,8% du territoire cultivable !), ses richesses minières étant exportées. A part Lima qui ressemble à toute capitale, avec ses quartiers d'affaires et ses banlieues délaissées, les villes ont un air très provincial et coupé de tout. Pourtant, les communications téléphoniques sont très bonnes et Internet est partout. Bien que pauvre, le pays donne une impression globale de propreté, mais, il est peu peuplé et en grande partie désertique. L'éducation supérieure semble encore peu fréquente, la taille des universités semble bien petite, mais les guides nous ont donné l'impression de vouloir faire des efforts pour leur pays. Surprenant, l'Alliance française est très appréciée grâce au tourisme qui est en phase de démarrage, les Français formant le contingent derrière les Américains et les Espagnols.